Christo And Jeanne Claude, Paris!
from July 01, 2020 to October 19, 2020

This exhibition presents the biography of this exceptional couple, whose shared work produced some of the most spectacular works in the history of the 20th and 21st centuries.[BR][BR]Christo (Christo Vladimirov Javacheff) and Jeanne-Claude (Jeanne-Claude Marie Denat), both born on 13 June 1935, in Gabrovo (Bulgaria) and Casablanca (Morocco) respectively, met in Paris at the age of 23. Christo fled Communist Bulgaria, passing through Prague, Vienna and Geneva, before settling in Paris in March 1958. He retained a mastery of classic disciplines from his training in the Academy of Fine Arts in Sofia, but constantly sought to surpass easel painting. Christo's Parisian years saw the establishment of his artistic language: work on relief surfaces, piling up and wrapping, the beginning of covered windows and, in collaboration with Jeanne-Claude, the development of monumental outdoor projects - which characterised the creative approach of the two artists. The first part of the exhibition presents creations from the years 1958 to 1964, when the artists settled definitively in New York; the second part retraces all the stages of _The Pont-Neuf Wrapped_ Parisian project, conducted from 1975 to 1985. In the middle of the visit, the film _Christo in Paris_ (1990) by the Maysles brothers provides an account of the elaboration of this urban project while describing the biography of this exceptional couple, whose shared work produced some of the most spectacular works in the history of the 20th and 21st centuries. On arriving in Paris, Christo made oil portraits on canvas of high society families in order to earn his living. While making these works, he was wrapping little cylindrical metal boxes and bottles with fabric stiffened with lacquer and bound them with string. This research, which went on to include furniture items, then barrels, constitutes what Christo calls his _Inventory_. He also confected _Wrapping Surfaces_, using paper, sometimes fabric, giving them an uneven character by crumpling and folding, which the lacquer then gelled and paint darkened in places. To this the artist added sand or dust to give them a bleak and worn look. These works constitute one of Christo's proposals in response to Parisian pictorial research at the time. But it was most of all Jean Dubuffet's matterist work that inspired a little-known series that is presented here for the first time, _Les Cratères_ ((The Craters)). The artist's vocabulary soon extended to barrels, piling them up in the form of columns and accumulations. In autumn 1961, in reaction to the recent erection of the Berlin Wall, he imagined blocking the rue Visconti in Paris with barrels, a project he brought to completion with the help of Jeanne-Claude on the evening of 27 June 1962, before being ordered by the police to dismantle his edifice. As early as 1961 Christo had envisaged wrapping a public Parisian building. And in 1962 he formed the wish to wrap the Arc de Triomphe, a project to be completed in 2021 It is not always easy to establish a precise chronology of Christo's artistic experiments in Paris. _The Wrappings_, the best-known aspect of the 1958-1964 period, were developed essentially as of 1960. Christo had a preference for fabric, initially crumpled and lacquered. Then, without abandoning his earlier research, he experimented with untreated/raw fabric. The artist then focussed his attention on associating a variety of textures, combining materials and colours. Ropes and strings were also chosen with precision. _The Wrappings_ nevertheless remain mysterious in terms of content, the artist refusing to describe the objects hidden from view. Later, Christo covered certain objects only partly, particularly furniture. In 1960 he discovered polyethylene, a transparent plastic which also led him to other research: wrapping statues and live models. Late in 1962, Christo took part in the "New Realists" exhibition at the Sidney Janis gallery in New York. In spite of the importance of this event for Christo, placed alongside famous Americans like Andy Warhol, he was mistakenly ranked in the presentation text of the catalogue as an artist who used the "ready-made" approach. In fact, Christo's approach was disconcerting: he could not be associated with the "ready-made" approach any more than with a comment on the question of wrapping in industrial society. In conclusion, the association of Christo with the "new realism" founded by Pierre Restany in October 1960 was purely temporary and he never really felt any affiliation for the group, although he was friendly with some of its members. Before settling in New York with Jeanne-Claude in 1964, Christo began new research into windows and reconstituted shop fronts, which he concealed from the inside with paper or fabric. What was to become the _Store Fronts_ series confirmed the artist's interest in the architectural dimension, a component part of the urban projects he later developed with his wife and artistic collaborator. The project to wrap the Pont-Neuf is a magnificent example of this, and is the subject of the second part of the exhibition. As early as 1975, Christo and Jeanne-Claude developed the idea of wrapping the Pont-Neuf with polyamide fabric the colour of golden sandstone, which would cover the sides and vaults of the twelve arches of the bridge, the parapets, the kerbs and pavements (the public had to be able to walk on the fabric), the forty-four street lamps, the vertical sides of the embankment at the western tip of the Île de la Cité and the esplanade of the Vert-Galant. By choosing the Pont-Neuf as an object to wrap, Christo and Jeanne-Claude wished not only to create a temporary work directly related to reality, but also to make their proposal a part of the history of this Parisian bridge as a source of inspiration for artists. After Turner, Renoir, Brassaï, Pissarro, Marquet and others, Christo and Jeanne-Claude went beyond the question of pictorial representation by effecting a transformation that underscored the architectural qualities of the bridge while renewing our relationship to the apprehension of its volumes and walking. Like all of the two artists' outdoor projects, _The Pont-Neuf Wrapped, Paris, 1975-1985_, was presented for a very brief period (from 22 September to 6 October 1985) and necessitated colossal human and technical resources. Not to mention the ten years of negotiations with the authorities and local residents. From the beginning, the artists financed their monumental projects exclusively through the sale of collages and preparatory drawings made by Christo. For each major project, they nevertheless make a point of preserving a significant group of these works, the model of the project, the documents testifying to the stages of its realisation, and engineering elements providing an account of the structure to protect the monument. This group for the Pont-Neuf wrapping is presented in the exhibition as an immense installation. It confirms the idea that Christo and Jeanne-Claude's urban projects are not limited to the moment of wrapping but commence with the first contacts and negotiations, thus forming part of the reality of life By **Sophie Duplaix** Chief Curator of the Contemporary collections, Musée National d'Art Moderne, Centre pompidou, Curator of the exhibition In _Code couleur_ n°36, january-april 2020, p. 16-19C'est à 23 ans que Christo (Christo Vladimirov Javacheff) et Jeanne-Claude (Jeanne-Claude Marie Denat), nés tous deux le 13 juin 1935, respectivement à Gabrovo (Bulgarie) et à Casablanca (Maroc), se rencontrent à Paris. Christo a fui la Bulgarie communiste en passant par Prague, Vienne, puis Genève, pour s'établir à Paris en mars 1958. De sa formation à l'Académie des beaux-arts de Sofia, il retient une maîtrise des disciplines classiques, mais ne cesse de vouloir dépasser la peinture de chevalet. Les années parisiennes de Christo sont celles de la mise en place de son langage artistique : le travail en relief des surfaces, l'empilement, l'empaquetage, le début des vitrines occultées, et, en collaboration avec Jeanne-Claude, le développement des projets monumentaux en extérieur - qui caractérisent la démarche créative des deux artistes. La première partie de l'exposition présente les créations des années 1958 à 1964, date à laquelle les artistes s'installent définitivement à New York ; la deuxième partie retrace toutes les étapes du projet parisien _The Pont-Neuf Wrapped_ (Le Pont-Neuf empaqueté), mené de 1975 à 1985. Au milieu du parcours, le film des frères Maysles _Christo in Paris_ (1990) rend compte de l'élaboration de ce projet urbain tout en évoquant la biographie de ce couple exceptionnel, dont le travail commun a fait naître des œuvres parmi les plus spectaculaires de l'histoire des 20e et 21e siècles. À son arrivée à Paris, Christo réalise des portraits à l'huile sur toile de familles de la haute société, afin de gagner sa vie. Parallèlement à ces travaux, il empaquette des petites boîtes cylindriques en métal et des bouteilles avec du tissu, rigidifié par de la laque, et les entoure de ficelle. Ces recherches, qui intègrent ensuite des éléments de mobilier, puis des barils, constituent ce que Christo appelle son _Inventaire_. Il confectionne également des _Surfaces d'Empaquetage_, en utilisant du papier, parfois du tissu, auquel il donne un aspect accidenté par des froissages, des plis, que la laque vient figer et la peinture assombrir par endroits. À cela l'artiste ajoute du sable ou de la poussière pour leur donner un aspect misérabiliste. Ces œuvres constituent l'une des propositions de Christo en réponse aux recherches picturales parisiennes de l'époque. Mais c'est surtout le travail matiériste de Jean Dubuffet qui impulse une série méconnue et présentée ici pour la première fois, les _Cratères_. Le vocabulaire de l'artiste s'étend bientôt aux barils, dont il réalise des empilements, sous forme de colonnes ou d'accumulations. À l'automne 1961, en réaction à l'érection récente du Mur de Berlin, il imagine de barrer la rue Visconti à Paris avec des barils, projet qu'il fait aboutir avec la complicité de Jeanne-Claude le soir du 27 juin 1962, avant qu'il ne soit sommé par la police de démanteler son édifice. Dès 1961, Christo avait envisagé d'empaqueter un bâtiment public parisien. Et en 1962, il forme le vœu d'empaqueter l'Arc de Triomphe, projet qui verra le jour en 2021. La chronologie exacte des expériences artistiques parisiennes de Christo n'est pas toujours facile à établir. _Les Empaquetages_, aspect le plus connu des années 1958-1964, se développent surtout à partir de 1960. Christo privilégie le tissu, dans un premier temps froissé et laqué. Puis il expérimente le tissu brut sans abandonner ses recherches précédentes. L'attention de l'artiste se porte sur l'association de textures variées, sur les jeux de matière et de couleurs. Les cordes et ficelles sont également choisies avec précision. _Les Empaquetages_ restent toutefois mystérieux dans leur contenu, l'artiste se refusant à désigner les objets cachés au regard. Par la suite, Christo ne couvre que partiellement certains objets, en particulier du mobilier. Courant 1960, il découvre le polyéthylène, un plastique transparent qui le conduit également vers d'autres recherches : l'empaquetage de statues et de modèles vivants. Fin 1962, Christo participe à l'exposition « New Realists » à la galerie Sidney Janis de New York. Malgré l'importance de cet événement pour Christo, placé aux côtés d'Américains de renom tel Andy Warhol, il est abusivement classé, dans le texte de présentation du catalogue, parmi les artistes dont la démarche relève du « ready-made ». En effet, le geste de Christo déconcerte : il n'est pas assimilable à cette approche, pas plus qu'à un commentaire sur la question de l'emballage dans la société industrielle. Enfin, l'association de Christo avec le mouvement du « nouveau réalisme », fondé par Pierre Restany en octobre 1960, n'a été que ponctuelle et il ne s'est jamais vraiment senti affilié au groupe même s'il a pu entretenir des relations d'amitié avec certains de ses membres. Avant de s'établir à New York en 1964 avec Jeanne-Claude, Christo débute une nouvelle recherche autour de vitrines et de devantures de magasins reconstituées, qu'il occulte depuis l'intérieur avec du papier ou du tissu. Ce qui deviendra la série des _Store Fronts_ confirme l'intérêt de l'artiste pour la dimension architecturale, constitutive des projets urbains développés ultérieurement avec son épouse et collaboratrice artistique. Le projet d'empaquetage du Pont-Neuf en est un exemple magistral, et fait l'objet du second volet de l'exposition. Dès 1975, Christo et Jeanne-Claude développent l'idée d'empaqueter le Pont-Neuf avec de la toile polyamide de couleur grès doré, qui recouvrirait les côtés et les voûtes des douze arches du pont, les parapets, les bordures et les trottoirs (le public devant pouvoir marcher sur la toile), ses quarante-quatre lampadaires, ainsi que les parois verticales du terre-plein de la pointe occidentale de l'Île de la Cité et l'esplanade du Vert-Galant. En choisissant le Pont-Neuf comme objet du geste d'empaquetage, Christo et Jeanne-Claude souhaitaient non seulement créer une œuvre temporaire en prise directe avec le réel, mais aussi inscrire leur proposition dans l'histoire de ce pont parisien comme source d'inspiration des artistes. Après Turner, Renoir, Brassaï, Pissarro, Marquet …, Christo et Jeanne-Claude dépassent la question de la représentation picturale pour opérer une transformation qui souligne les qualités architecturales du pont, et renouvelle notre rapport à l'appréhension de ses volumes et à la déambulation. _The Pont-Neuf Wrapped_, Paris, 1975-1985, comme tous les projets en extérieur des deux artistes, a été présenté pendant une durée très brève (du 22 septembre au 6 octobre 1985), et a nécessité un dispositif technique et humain colossal. Sans compter les dix années de négociation auprès des politiques et des riverains. Les artistes financent leurs réalisations monumentales exclusivement grâce à la vente des collages et des dessins préparatoires réalisés par Christo, et ce, dès l'origine du projet. Ils veillent cependant à conserver, pour chaque projet majeur, un ensemble significatif de ces œuvres, la maquette du projet, les documents témoignant des étapes de sa concrétisation, et des éléments d'ingénierie rendant compte de la structure de protection du monument. C'est cet ensemble autour de l'empaquetage du Pont-Neuf qui, telle une immense installation, est présenté au sein de l'exposition. Il témoigne de l'idée que les projets urbains de Christo et Jeanne-Claude ne se limitent pas au moment de l'empaquetage, mais commencent dès les premières approches et négociations, s'inscrivant de fait dans la réalité de la vie. Par **Sophie Duplaix** Conservatrice en chef des collections contemporaines, Musée national d'art moderne, Centre Pompidou Commissaire de l'exposition In _Code couleur_ n°36, janvier-avril 2020, p. 16-19

Saison Culturelle ,
Location: Centre Pompidou Place Georges Pompidou, 75004, Paris, France
Last refreshed 1 day ago from: https://openagenda.com/saison-culturelle-en-france/event/chri...

Everivent finds events near you. You can find links to your favorite shows and their ticketing offices: concerts, theatre, stand up comedy, sporting events. You will also find tons of local activities in your community whether on vacation or at home, for kids and adults alike. Download our app to get the full experience of everivent